Articles

Utilisation des matières grasses chez les bovins à l’engraissement

Résumé

L’incorporation de matière grasse dans les rations d’engraissement de bovins est une technique courante. Différents buts sont poursuivis : augmenter la teneur en énergie de la ration, faciliter la finition des animaux ou manipuler la teneur en acides gras insaturés de la graisse. L’incorporation des matières grasses se fait sous forme de graisses purifiées d’origine végétale ou animale ou sous forme de graines ou de fèves oléagineuses. Généralement, ces dernières subissent des traitements technologiques, avec comme conséquence, par exemple, une augmentation des acides gras à chaîne plus courte et saturés. Vu l’origine extrêmement variée des graisses utilisées, les effets observés chez les animaux sont parfois divergents.


L’utilisation de graisses dans des rations d’engraissement a tendance à réduire l’intensité des fermentations dans le rumen et à les orienter vers une production plus importante d’acide propionique. Les données de la littérature indiquent que l’incorporation de matière grasse a tendance à réduire la digestibilité apparente de la matière sèche et de la matière organique et à augmenter la digestibilité de l’extrait éthéré.


Les principaux effets sur les performances zootechniques sont une réduction de la durée d’engraissement, une augmentation des gains de poids, une réduction des ingestions, et par conséquent une amélioration de l’indice de consommation. Les auteurs signalent généralement une augmentation du poids des carcasses et du rendement à l’abattage. Les carcasses sont souvent plus grasses. La composition chimique de la viande et celle du muscle, c’est-à-dire de la viande maigre, ne semblent pas être modifiées. La supplémentation avec des graisses d’origine animale entraîne une diminution plus ou moins importante de la proportion des acides gras insaturés. A l’opposé, l’utilisation des graisses d’origine végétale se caractérise par une augmentation de la proportion des acides gras insaturés.

Auteurs


A. CLINQUART

clinquart@univliege.be

Affiliation : Université de Liège, Fac. Méd. Vétérinaire, Nutrition Animale, B43, Sart Tilman, 4000 Liège (Belgique)

Pays : Belgium


C. BRUNDSEAUX

Affiliation : Université de Liège, Fac. Méd. Vétérinaire, Nutrition Animale, B43, Sart Tilman, 4000 Liège (Belgique)

Pays : Belgium


I. DUFRASNE

Affiliation : Université de Liège, Fac. Méd. Vétérinaire, Nutrition Animale, B43, Sart Tilman, 4000 Liège (Belgique)

Pays : France


L. ISTASSE

Affiliation : Université de Liège, Fac. Méd. Vétérinaire, Nutrition Animale, B43, Sart Tilman, 4000 Liège (Belgique)

Pays : Belgium


D. MICOL

Affiliation : INRA, Laboratoire Adaptation aux Milieux, Theix, 63122 St-Genès-Champanelle

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 553

Téléchargements

PDF: 249

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice

1 2 > >>