Articles

Aménagement des logettes et confort des vaches laitières

Résumé

Réalisant un bon compromis entre les besoins des animaux et ceux des éleveurs, la stabulation libre à logettes s’est imposée comme une des principales modalités d’hébergement des vaches laitières. Les recommandations relatives à sa mise en place et à sa gestion font cependant toujours l’objet de révisions. Une attention particulière est actuellement accordée à l’amélioration des conditions de confort de la vache. Le confort de la vache couchée peut être évalué par le temps passé en position couchée, la fréquence des changements de position et la facilité avec laquelle les vaches se couchent et se lèvent. Le confort de couchage est principalement lié à la souplesse du sol, aux dimensions des logettes et à la façon de les délimiter tant latéralement qu’à l’avant. Un sol suffisamment souple peut être assuré soit par des matelas multicouches, soit par des litières épaisses. Les matelas doivent être recouverts d’un matériau de litière absorbant l’humidité en surface et contribuant à garantir la propreté du sol et de la mamelle. Pour atteindre ces objectifs, la nature du matériau (paille, sciure, sable, chaux…) apparaît moins importante que la fréquence de renouvellement. Les logettes « creuses », dont le sol est recouvert d’une couche épaisse (± 20 cm) de litière, semblent globalement mieux appréciées par les vaches que celles équipées de matelas et leur utilisation est associée à une moindre fréquence de lésions au niveau des membres ainsi que de boiteries. Le sable apparaît comme un matériau de premier choix pour assurer le confort des animaux. Néanmoins, l’entretien des logettes creuses demande un surcroît de travail et la manutention de sable comme matériau de litière nécessite des équipements spécifiques. Les recommandations relatives aux dimensions des logettes entrent dans une fourchette de valeurs assez étendue car devant être adaptées au gabarit des animaux et intégrer la recherche de conditions optimisant la propreté du bâti. Les modèles de séparations latérales sont à évaluer quant à leur efficacité à contraindre l’animal à ne pas déborder sur les emplacements voisins tout en évitant qu’il ne se blesse ou ne soit gêné lors du lever et du coucher. Enfin, le dispositif limitant l’avancement dans la logette sera jugé sur son efficacité à dégager l’espace nécessaire pour permettre à l’animal de projeter sans contrainte la tête vers l’avant lors du relevé.

Auteurs


B. CAZIN

Affiliation : Université de Liège, Faculté de Médecine vétérinaire, Département des Productions Animales, boulevard de Colonster, B43, B-4000 Liège, Belgique

Pays : Belgique


B. NICKS

Affiliation : Université de Liège, Faculté de Médecine vétérinaire, Département des Productions Animales, boulevard de Colonster, B43, B-4000 Liège, Belgique

Pays : Belgique


I. DUFRASNE

isabelle.dufrasne@ulg.ac.be

Affiliation : Université de Liège, Faculté de Médecine vétérinaire, Département des Productions Animales, boulevard de Colonster, B43, B-4000 Liège, Belgique

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 115

Téléchargements

PDF: 1872