Articles

Utilisation du blé ou des pulpes de betteraves en rations complètes avec de l’ensilage de maïs chez les vaches laitières

Résumé

Deux rations complètes à base d’ensilage de maïs comportant un apport iso-énergétique (0,33 UFL/kg MS) sous forme de blé (28 % du mélange) ou de pulpes sèches de betteraves (33 % du mélange) ont été comparées. Selon un schéma expérimental en inversion comportant 2 périodes de 6 semaines, 2 lots appariés de 13 vaches en phase décroissante de la lactation ont reçu à volonté chacune de ces rations. Les niveaux d’ingestion ont été élevés et comparables pour les 2 régimes (3,20 kg MS p. 100 kg de poids vif en moyenne), le blé et les pulpes représentant respectivement 5,2 et 6,0 kg MS par vache et par jour. Les teneurs en amidon des rations ont été respectivement de 39,6 et 20,2 % et celles en cellulose brute de 14,3 et 18,8 % pour les rations « blé » et « pulpes ». Les apports énergétiques totaux (17 UFL en moyenne) ont été excédentaires (+ 1,6 UFL en moyenne) pour les 2 régimes mais surtout pour celui comportant la céréale (+ 2,3 UFL). Pour les 2 traitements « blé » et « pulpes », les productions de lait, de matières grasses et de protéines ont été comparables et respectivement de 23,6 et 24,0 kg, 943 et 953 g, 730 et 735 g par jour. Le taux butyreux n’a pas été affecté par la nature des aliments complémentaires (40,4 et 40,1 g/kg), mais le taux protéique du lait a été significativement amélioré dans le cas de la ration comportant le blé (31,3 g contre 31,0 g/kg). Au niveau technologique, ceci s’est traduit par un meilleur rendement fromager et une tendance à une amélioration des paramètres de la coagulation. Tous traitements confondus, les animaux ont gagné environ 250 g/j sur l’ensemble de l’essai et les rations ont été correctement valorisées (0,86 UFL/kg MS). Malgré leurs caractéristiques de composition chimique très différentes, ces 2 types de rations n’ont que peu influencé les performances zootechniques. La légère influence positive de l’utilisation du blé par rapport aux pulpes est probablement à attribuer aux apports énergétiques supérieurs avec la céréale.
 

Auteurs


A. HODEN

hoden@inra.fr

Affiliation : INRA Station de Recherches sur la Vache Laitière, 35590 Saint-Gilles

Pays : France


C. HURTAUD

Affiliation : INRA Station de Recherches sur la Vache Laitière, 35590 Saint-Gilles

Pays : France


B. MARQUIS

Affiliation : INRA Station de Recherches sur la Vache Laitière, 35590 Saint-Gilles

Pays : France


L. DELABY

Affiliation : INRA Station de Recherches sur la Vache Laitière, 35590 Saint-Gilles

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 40

Téléchargements

PDF: 13