Articles

Facteurs de production et qualité sensorielle des fromages

Résumé

Cette revue fait le point sur les connaissances acquises au cours des 10 dernières années sur les relations entre les facteurs de conduite des animaux (génétiques, physiologiques, alimentaires) et la qualité sensorielle des fromages. Chez la vache, avec des fabrications au lait entier, la race peut modifier les caractéristiques de texture des fromages. Cet effet est essentiellement lié aux différences de composition chimique des laits et donc de gras/sec des fromages. Au sein d’une même race, des différences importantes de texture et de goût ont été observées en fonction des variants génétiques de la caséine β (espèce bovine) et surtout αs1 (espèce caprine). Le stade physiologique n’a un effet marqué sur la couleur, la texture et le goût qu’en tout début ou en toute fin de lactation. En revanche, les mammites ont un effet négatif important sur les caractéristiques sensorielles des fromages. L’utilisation d’ensilage de maïs conduit toujours à des fromages plus blancs et parfois à des différences de flaveur. Lorsqu’elle est correctement réalisée, la conservation de l’herbe sous forme d’ensilage comparativement au foin ne modifie pas ou peu les caractéristiques sensorielles des fromages, en dehors de leur couleur, plus jaune avec l’ensilage. Par contre, d’importantes différences de caractéristiques sensorielles sont observées entre des fromages selon que le lait provient de vaches recevant une ration à base d’herbe conservée ou conduites au printemps, au pâturage. Plusieurs essais récents ont mis en évidence un effet de la composition botanique des fourrages ingérés par les vaches laitières sur la texture et la flaveur des fromages. Ces différents effets sont dus à la présence dans le lait de molécules ou de structures issues directement de l’alimentation (carotènes, terpènes) ou produites par l’animal (plasmine, acides gras, structure des micelles de la caséine) en raison de ses caractéristiques génétiques ou physiologiques ou sous l’effet d’une alimentation spécifique.

Auteurs


J.B. COULON

jean-baptiste.coulon@inra.fr

Affiliation : INRA, UR1213 Herbivores, F-63122 Saint-Genès-Champanelle, France

Pays : France


A. DELACROIX-BUCHET

Affiliation : INRA, Unité de Recherches Laitières et Génétique Appliquée, F-78352 Jouy-en-Josas

Pays : France


B. MARTIN

Affiliation : INRA, Unité de Recherches sur les Herbivores, F-63122 Theix

Pays : France


A. PIRISI

Affiliation : Istituto Zootecnico e Caseario per la Sardegna, I-07040 Olmedo

Pays : Spain

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 1074

Téléchargements

PDF: 1033

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice

1 2 3 4 5 > >>