Articles

Eléments minéraux majeurs : données récentes chez les caprins

Résumé

Des données acquises depuis une dizaine d’années sur l’alimentation de la chèvre permettent de proposer des recommandations d’apport minéral plus spécifiques, au moins pour les éléments minéraux majeurs. Le besoin d’entretien en phosphore correspond à la perte fécale endogène incompressible (P salivaire non réabsorbé) ; il est donc logique de le rapporter à la matière sèche ingérée. Le besoin de croissance en P et Ca est légèrement inférieur à celui des bovins, mais sensiblement plus élevé que celui des ovins, ce qui conduit à une réévaluation notable de ce besoin, jusqu’ici extrapolé des résultats sur ovins. Le besoin de gestation (six dernières semaines) concerne principalement P et Ca, il dépend surtout de la taille de la portée. La composition minérale moyenne du lait de chèvre (1,30 g/l de Ca et 0,95 g/l de P) est très proche de celle du lait de vache. L’absorption réelle de P est plus élevée chez la chèvre que chez les autres ruminants, la valeur de 70 % est adoptée pour le calcul des apports alimentaires recommandés. Chez la chèvre, le coefficient d’absorption réelle de Ca diminue sensiblement lorsque l’apport alimentaire devient excédentaire et la valeur retenue de 30 % n’est valable que pour des apports alimentaires non excessifs. L’utilisation de ces données spécifiques aux caprins conduit à augmenter les apports recommandés de P et Ca, notamment pour les animaux en croissance.

Auteurs


F. MESCHY

mexchy@inra.fr

Affiliation : INRA-INAPG UMR Physiologie de la Nutrition et Alimentation, 16 rue Claude Bernard, 75231 Paris cedex 05

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 329

Téléchargements

PDF: 545

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice

1 2 > >>