Résumé

Limiter les apports alimentaires de phosphore (P) aux porcs pour en réduire les rejets suppose la mise en œuvre de stratégies d’alimentation permettant de mieux ajuster les apports aux besoins des animaux et mettant en œuvre des voies d’amélioration de la disponibilité de P. Un système d’évaluation de la valeur P des aliments et d’estimation des besoins des animaux s’appuyant sur la digestibilité fécale apparente est proposé. L’impact de facteurs de variation de la digestibilité de P tels que la proportion de P phytique dans P total et la présence de phytases, végétales ou microbiennes, est quantifié. Le nouveau système représente un progrès par rapport à la formulation sur la base de P total, même si l’impact d’autres facteurs de variation identifiés reste à quantifier. Les bases de l’estimation factorielle du besoin en P sont exprimées conformément au concept de digestibilité apparente. Des exemples d’estimation du besoin en P digestible apparent de porcelets, porcs en engraissement et truies en lactation ou en gestation selon leurs caractéristiques et performances sont présentés. Des marges de progrès sont encore possibles pour réduire les apports alimentaires de P aux truies, mais elles devront s’appuyer sur l’acquisition de nouvelles données expérimentales concernant les possibilités de mobilisation et de restauration de la réserve osseuse au cours du cycle de reproduction.

Auteurs


C. JONDREVILLE

Affiliation : INRA, Agrocampus Rennes, UMR, Systèmes d’Elevage, Nutrition Animale et Humaine, F-35590 Saint-Gilles
Pays : France

catherine.jondreville@inra.fr

J.Y. DOURMAD

Affiliation : INRA, Agrocampus Rennes, UMR, Systèmes d’Elevage, Nutrition Animale et Humaine, F-35590 Saint-Gilles
Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.block.statArticle.title##

Vues: 23

Téléchargements

PDF: 10