Articles

Complémentation des agneaux au pâturage pendant la phase d’allaitement. Interaction entre le niveau de complémentation et la quantité d’herbe offerte et effet sur le niveau de parasitisme

Résumé

Pour étudier l’effet de l’apport de concentré à des agneaux à l’herbe pendant la phase d’allaitement, des agneaux d’herbe consommant à volonté du maïs grain humide ont été mis en comparaison avec des agneaux non complémentés, pendant deux années consécutives. Trente six brebis Ile de France allaitant des doubles ont été utilisées pour ces deux expériences ; elles ont pâturé en rotation une prairie naturelle à un chargement de 12 brebis/ha. Les agneaux étaient âgés de 7 semaines en début d’expérience et de 16 semaines à la fin de la période de pâturage. Ils ont ensuite été finis en bergerie et, après abattage, la qualité de la carcasse a été appréciée. L’effet de la complémentation sur la vitesse de croissance des agneaux au pâturage et sur la qualité de la carcasse a été variable d’une expérience à l’autre. Des différences dans la quantité d’herbe offerte aux animaux pouvaient être à l’origine de ces résultats. C’est pourquoi nous avons réalisé une 3ème expérience, dans laquelle 24 brebis ont été réparties 8 semaines après mise bas en 4 lots au pâturage : deux niveaux de quantité d’herbe offerte x deux niveaux de complémentation. La quantité d’herbe offerte était de 57,0 (H) et 38,5 (B) g MO/kg PV.j. Les agneaux étaient soit complémentés à volonté avec du maïs grain (C), soit non complémentés (NC). Les animaux ont pâturé en rotation une prairie de fétuque elevée. Pour le faible niveau d’herbe, la complémentation a permis d’augmenter la vitesse de croissance des agneaux au pâturage (287 g/j vs 226 g/j), alors qu’elle n’a eu aucun effet pour le niveau d’herbe élevé (277 g/j vs 276 g/j). C’est donc uniquement lorsque la quantité d’herbe offerte a été faible que la complémentation des agneaux a permis d’améliorer leur vitesse de croissance. Elle a également réduit le niveau de parasitisme, même lorsque les quantités d’herbe offertes étaient importantes. Enfin, elle a conduit à une amélioration de la fermeté du gras dorsal, lorsqu’elle a permis de réduire la durée de finition en bergerie.
 

Auteurs


S. PRACHE

prache@inra.fr

Affiliation : INRA Laboratoire Adaptation des Herbivores aux milieux, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France


M. THÉRIEZ

Affiliation : INRA Laboratoire Adaptation des Herbivores aux milieux, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France


G. BÉCHET

Affiliation : INRA Laboratoire Adaptation des Herbivores aux milieux, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France


H. CASSAGNES

Affiliation : INRA Laboratoire Adaptation des Herbivores aux milieux, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France


P. AMBLARD

Affiliation : INRA Laboratoire Adaptation des Herbivores aux milieux, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France


P. LEBECQUE

Affiliation : INRA Laboratoire Adaptation des Herbivores aux milieux, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 247

Téléchargements

PDF: 63

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice

1 2 > >>