Articles

Impacts zootechnique et socio-économique potentiels d’une éventuelle utilisation de la rtGH en salmoniculture

Résumé

Les salmonidés (Truite et Saumon) sont la principale production piscicole de l’Europe de l’ouest. Les biotechnologies animales intéressant la salmoniculture relèvent de trois domaines : les manipulations génétiques (la triploïdie pour la production de poissons stériles), le transfert de gène (pour produire des poissons résistants aux maladies infectieuses) et les peptides recombinants (vaccins recombinants contre les maladies virales, l’hormone de croissance recombinante de truite -rtGH-). La rtGH a deux effets biologiques principaux : une stimulation de la croissance, en particulier en eau froide, et une amélioration de l’adaptation des juvéniles à l’eau de mer. Un traitement chronique avec la rtGH peut accroître de manière substantielle la production des principaux types de pisciculture. Cependant, il ne peut être réellement pratiqué que dans les exploitations, ayant une haute technicité, qui pratiquent l’oxygénation de l’eau, le contrôle photopériodique de la date de ponte et la gestion informatisée des stocks de poissons. Une simulation des effets d’un traitement par une injection unique de rtGH, pour préparer les juvéniles de Saumon au transfert en mer, montre que le transfert automnal de jeunes saumons traités modifie la période de vente sans augmenter la production. Cependant, si le pisciculteur transfère un premier groupe de poissons traités en automne et un second groupe de poissons naturellement adaptés (smolts) au printemps, la production augmente de 20% et, plus important, la période de vente est allongée. La rentabilité de la production de truites portion semble renforcée et, en considérant uniquement la phase de production, il ne semble pas que la diversification vers le filet ou la grosse truite améliore la rentabilité des piscicultures. L’adoption de la rtGH devrait, à long terme, se traduire par des bénéfices collectifs partagés par les producteurs et les consommateurs. Cependant la phase transitoire est délicate et la voie est très étroite entre la réussite et le rejet. Ce dernier entraînerait une restructuration complète de la branche. La stratégie de la réussite semble bien passer par la diversification et l’amélioration de l’image de marque. Même dans ce cas on peut s’attendre à des effets sur la structure de la branche, certains producteurs bénéficiant plus que d’autre du surplus. Si l’on prend aussi en compte la notion de besoin, la rtGH présente des potentialités non négligeables pour la salmoniculture (meilleure utilisation des matières premières, diminution des rejets) tout autant que des risques (mauvaise image du produit, surproduction, impact sur la structure de la profession). Dans la mesure où son innocuité serait prouvée, la mise en oeuvre de cet outil devrait être progressive, concertée avec les producteurs, et s’accompagner de mesure en faveur de la qualité (label).

Auteurs


G. MAISSE

maisse@inra.fr

Affiliation : INRA GEDITH, Département d’Hydrobiologie, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


F. BONNIEUX

Affiliation : INRA Station d’Economie et Sociologie Rurales, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


B. FAUCONNEAU

Affiliation : INRA Laboratoire de Physiologie des Poissons, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


A. FAURE

Affiliation : INRA GEDITH, Département d’Hydrobiologie, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


Y. GLOAGUEN

Affiliation : INRA Station d’Economie et Sociologie Rurales, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


P.Y. LE BAIL

Affiliation : INRA Laboratoire de Physiologie des Poissons, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


P. PRUNET

Affiliation : INRA Laboratoire de Physiologie des Poissons, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


P. RAINELLI

Affiliation : INRA Station d’Economie et Sociologie Rurales, 35042 Rennes Cedex

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 205

Téléchargements

PDF: 51

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice

1 2 > >>