Articles

Production laitière intensive dans le Pas-de-Calais. Fonctionnement, adaptation aux quotas et résultats techniques et économiques de 22 exploitations sur 6 campagnes

Résumé

La présence de l’élevage dans les exploitations des plaines céréalières intensifiables est source de complémentarités économiques et agronomiques dont on perçoit mieux l’intérêt aujourd’hui, alors que ces systèmes diversifiés ont fait place à d’autres plus spécialisés aboutissant à la séparation des deux secteurs, élevage et cultures de vente. L’étude analyse les résultats et l’évolution sur six ans d’un échantillon d’exploitations laitières du Pas-de-Calais, pratiquant un système lait-cultures à hautes performances. L’instauration des quotas en 1984 (première année d’observation) a modifié profondément le développement des exploitations qui, à l’occasion d’agrandissements ont rediversifié leur système par augmentation des cultures de vente tout en poursuivant l’augmentation des performances laitières (7000 litres par vache de moyenne économique avec 1300 kg d’aliments concentrés, et plus de 15000 litres par ha SFP, en 1989/90). Quatre profils d’exploitations ont été identifiés, différant par les structures, l’équilibre entre lait et cultures, et les performances réalisées, celles obtenues pour le lait allant souvent de pair avec celles des cultures. Les trajectoires d’évolution ont différé selon les possibilités d’obtention de quotas supplémentaires ou d’agrandissement. Les plus grandes ont diversifié le plus leurs cultures sans le faire au détriment des performances de troupeau. Par leur équilibre, leur niveau de performance, la compétence des agriculteurs, ces exploitations lait-cultures sont parmi les mieux armées pour affronter les contraintes économiques de l’avenir notamment les conséquences de la réforme de la PAC, tout en respectant mieux l’environnement. Mais ces sytèmes complexes exigent beaucoup de capitaux, dont il faut assurer la transmission d’une génération à l’autre, et ils exigent un collectif de travail de plus d’une personne.

Auteurs


G. AMON

amon@cemagref.fr

Affiliation : CEMAGREF Groupement de Clermont-Ferrand, Division Production et Economie Agricoles, Laluas 63200 Riom

Pays : France


G. LIENARD

Affiliation : INRA Laboratoire de Recherches sur l’Economie de l’Elevage, Theix 63122 Saint-Genès-Champanelle

Pays : France


J.C. DELATTRE

Affiliation : Chambre dAgriculture du Pas-de- Calais, CETA de Saulty 16 rue de l’Enfer 62123 Wanquetin

Pays : France


E. HEROGUELLE

Affiliation : UGCA BP62-ZI Est 62223 Saint-Laurent-Blangy

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 32

Téléchargements

PDF: 6