Articles

La sous-alimentation chez les ruminants : ses effets sur la digestion

Résumé

La relation négative entre le niveau d’ingestion et la digestibilité chez les ruminants a été largement décrite. L’examen de la bibliographie montre que cela est dû à une variation du temps de rétention des particules dans le rumen. Cependant, la majorité des expérimentations a été réalisée à des niveaux d’ingestion supérieurs à l’entretien. Aussi, la présente analyse est centrée sur les travaux réalisés à bas niveaux d’ingestion. Dans ces conditions, la réponse de la digestibilité à une baisse du niveau alimentaire est variable : elle peut augmenter, rester stable ou diminuer selon les essais. Jusqu’à présent, il n’a pas été possible de déterminer les facteurs animaux ou nutritionnels (qualité du fourrage…) qui agissent sur le sens de cette variation, et en particulier sur les chutes inexpliquées de digestibilité. Toutefois, il a clairement été montré que ces diminutions ne sont pas toujours dues à un temps de rétention insuffisant des particules dans le rumen, ou à une réduction insuffisante de taille des particules alimentaires. Les mesures de dégradation in sacco n’ont pas permis de mettre en évidence des différences d’activité microbienne avec le niveau d’ingestion ; on peut émettre l’hypothèse d’une réduction de la croissance bactérienne due à un facteur limitant, ou d’une baisse de l’expression du potentiel de dégradation à très bas niveau.

Auteurs


M. DOREAU

michel.doreau@inra.fr

Affiliation : INRA URH Theix, 63122 Saint-Genès Champanelle

Pays : France


P. GRIMAUD

Affiliation : CIRAD-EMVT, 7 chemin de l’IRAT, 97410 Saint-Pierre de la Réunion

Pays : Réunion, Île de la


B. MICHALET-DOREAU

Affiliation : INRA URH Theix, 63122 Saint-Genès Champanelle

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 85

Téléchargements

PDF: 113