Articles

La pérennité et la durabilité des élevages de ruminants dépendent des capacités adaptatives des femelles

Résumé


Dans une représentation systémique du système d’élevage, l’éleveur incarne la composante décisionnelle du système, tandis que l’animal constitue, avec la ressource, sa composante biotechnique. L’animal lui-même peut être considéré comme un système biologique soumis à un environnement contraignant, dont les aptitudes à survivre, croître, se reproduire et s’adapter jouent un rôle fondamental dans la pérennité du système d’élevage. Les femelles reproductrices tiennent une place particulière dans cette représentation car non seulement elles déterminent une large part de la productivité du système par leur propre niveau de production (production laitière, productivité numérique), mais elles en assurent également sa reproductibilité au cours du temps (investissement reproductif). A l’échelle de l’individu et de sa durée de vie, les modalités d’adaptation reposent sur des processus de régulations comportementales et physiologiques. De tels processus ont été particulièrement mis en avant par les études portant sur l’aptitude des femelles de ruminants à s’adapter à la contrainte nutritionnelle (comportement alimentaire au pâturage et aptitude à constituer et mobiliser les réserves adipeuses). L’adaptation à la sous-nutrition revêt un intérêt particulier pour la pérennité des systèmes d’élevage en milieux difficiles dans la mesure où les processus de régulation du métabolisme énergétique interviennent sur la fonction de reproduction et sont par ailleurs susceptibles d’informer la femelle, à des moments-clés de son cycle de production, du risque associé à l’enclenchement d’une nouvelle gestation. Si les mécanismes digestifs, métaboliques et hormonaux impliqués dans l’adaptation à la sous-nutrition sont identiques chez les ruminants, les seuils de réponse varient selon le génotype (espèce, race), révélant ainsi des différences de potentiel adaptatif. Par ailleurs, si certains échecs biotechniques peuvent être imputés à une moindre efficacité de la réponse adaptative, d’autres peuvent en revanche se révéler cohérents du point de vue du fonctionnement biologique de l’organisme et de la gestion de priorités telles que la survie de l’individu ou l’investissement maternel. Ainsi, lorsqu’il s’agit d’évaluer l’aptitude des systèmes d’élevage des zones difficiles à être pérennes, par leur capacité à assurer un certain niveau de production, et/ou durables, par leur aptitude à répondre à des enjeux d’entretien du milieu et de conservation de la ressource, il convient en particulier d’avoir une bonne connaissance des potentiels adaptatifs des animaux.


Auteurs


F. BLANC

fabienne.blanc@ensam.inra.fr

Affiliation : Agro-M - INRA, UMR Elevage des Ruminants en Régions Chaudes, 2 place Viala, F-34060 Montpellier Cedex 1

Pays : France


F. BOCQUIER

Affiliation : Agro-M - INRA, UMR Elevage des Ruminants en Régions Chaudes, 2 place Viala, F-34060 Montpellier Cedex 1

Pays : France


N. DEBUS

Affiliation : Agro-M - INRA, UMR Elevage des Ruminants en Régions Chaudes, 2 place Viala, F-34060 Montpellier Cedex 1

Pays : France


J. AGABRIEL

Affiliation : INRA, Unité de Recherches sur les Herbivores, Theix, F-63122 St Genès Champanelle

Pays : France


P. D’HOUR

Affiliation : INRA, UE des Monts Dore, Le Roc, F-63210 Orcival

Pays : France


Y. CHILLIARD

Affiliation : INRA, UE des Monts Dore, Le Roc, F-63210 Orcival

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 424

Téléchargements

PDF: 387

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice

<< < 1 2 3 4 5 6 > >>