Références

Résumé




La mortalité des jeunes avant le sevrage est élevée chez les mammifères de rente. En France, elle varie de 11 à 14% en moyenne selon les espèces (poulains, chevreaux, agneaux, porcelets, veaux), mais peut être inférieure à 5% ou supérieure à 20% dans certains élevages. Environ la moitié de cette mortalité survient pendant les 48 premières heures suivant la naissance. Les femelles gestantes sont exposées à de nombreux facteurs de stress, dont des conditions de logement inadaptées, qui remettent également en question l’acceptabilité de l’élevage industriel. Cette synthèse présente les résultats de la littérature scientifique visant à déterminer si le stress des femelles gestantes peut affecter ultérieurement la santé et la survie de leur progéniture. Elle porte essentiellement sur les porcs et les ruminants et montre que l’impact du stress prénatal pourrait passer à la fois par des mécanismes liés à une altération du comportement maternel, du développement fœtal et de l’acquisition par le nouveau-né de l’immunité passive puis de son immunité propre.





Auteurs


E. MERLOT

Affiliation : INRA, UMR1348 PEGASE, F-35590 Saint-Gilles, France
Pays : France

elodie.merlot@inra.fr

H. QUESNEL

Affiliation : INRA, UMR1348 PEGASE, F-35590 Saint-Gilles, France
Pays : France


A. PRUNIER

Affiliation : INRA, UMR1348 PEGASE, F-35590 Saint-Gilles, France
Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 63

Téléchargements

PDF: 22