Articles

Gènes majeurs chez la poule (Gallus Gallus) : autres gènes que ceux affectant la taille

Résumé

Les effets et l’utilité de gènes chez la poule autres que ceux influant sur la taille ont été recherchés. Plusieurs gènes liés au sexe (coloration, emplumement) permettent le sexage à l’éclosion. Le gène « crête en pois » améliore de 2 % le taux de conversion des pondeuses. Plusieurs gènes de dépigmentation du plumage abaissent légèrement le poids, améliorent l’indice de consommation pour la ponte et l’état du plumage. L’allèle albinos lié au sexe apparaît supérieur pour la ponte en forte intensité lumineuse. Le gène « Cou nu » augmente le rendement en viande des poulets ; il amoindrit l’efficacité alimentaire aux températures modérées, mais, au-dessus de 30°, est bénéfique pour la croissance, la viabilité, le poids des oeufs et la reproduction. Il pourrait être utile en climats chauds. Le gène « Frisé » n’a pas d’effets aussi prononcés. L’emplumement lent, utilisé dans des croisements sexables, est lié en race Leghorn à un « gène viral » et augmente le risque d’infection leucosique par l’oeuf. Au locus B (complexe majeur d’histocompatibilité), certains génotypes affectent la résistance à la maladie de Marek, contre laquelle les vaccins ne sont pas totalement efficaces. Un gène responsable d’une mauvaise odeur des oeufs lorsque du tourteau de colza est incorporé dans la ration existe dans certaines populations où son éradication a été envisagée. L’emploi de facteurs mendéliens peut être indiqué en vue de caractères coûteux à sélectionner directement ou d’environnements non réalisables par le sélectionneur. Les conditions optimales d’utilisation d’un gène nouveau peuvent comporter la correction de certains de ses effets.

Auteurs


P. MERAT

merat@inra.fr

Affiliation : INRA Laboratoire de Génétique lactorielle, 78352 Jouy-en-Josas Cedex

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 439

Téléchargements

PDF: 255