Articles

Effets associés et utilisation de gènes majeurs réduisant la taille chez la poule domestique

Résumé

Parmi les gènes majeurs réduisant la taille chez la poule, le gène lié au sexe dw a fait l’objet de nombreuses études et d’applications en élevage. Son caractère récessif et le fait qu’il abaisse d’un tiers le poids de l’oiseau et de 20 à 25 % sa consommation alimentaire l’ont fait utiliser pour « nanifier » des reproductrices « chair », qui donnent des poulets de taille normale en croisement avec une souche mâle standard. Pour la production d’oeufs, l’application au stade industriel présente plus de difficultés, du fait que dans les souches « ponte », surtout celles de petite taille (Leghorn), l’introduction de ce gène entraîne une réduction du nombre d’oeufs et de leur poids moyen. En dépit de cela, dans les souches mi-lourdes de type « oeuf brun », le gène dw améliore l’efficacité alimentaire, évite le rationnement des pondeuses et réduit le pourcentage d’oeufs cassés ou sans coquille. Des travaux ont donc cherché à mieux cerner les conditions optimales d’utilisation de pondeuses « naines » : incorporer le gène de préférence dans des populations mi-lourdes, éviter la sous-consommation alimentaire, se placer dans des conditions de production où une économie sur l’aliment est particulièrement importante. Un autre facteur lié au sexe issu de races Bantam, abaissant plus modérément la taille (10-15 %), sans effet réducteur du nombre d’oeufs, pourrait avoir une utilité dans des croisements particuliers.

Auteurs


P. MERAT

merat@inra.fr

Affiliation : INRA Laboratoire de Génétique Factorielle, 78350 Jouy-en Josas

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 173

Téléchargements

PDF: 127