Références

Résumé

Cet article présente les effets de la taille des particules alimentaires sur les processus de digestion chez les oiseaux d’élevage en deux parties : la première relate les effets sur le transit digestif, la deuxième a trait à la disponibilité des contenus intracellulaires des végétaux.


L’augmentation de la taille particulaire entraîne généralement un allongement du temps de transit total du fait d’une rétention plus longue dans le gésier. Les données de la littérature suggèrent qu’un broyage grossier serait plutôt positif pour réduire l’excrétion d’eau et également, dans certains cas, pour la digestibilité des protéines. Ces derniers effets s’opèreraient via un meilleur contrôle du transit intestinal par la vidange gastrique lorsque l’aliment est broyé grossièrement.


Un broyage grossier peut diminuer la disponibilité de certains constituants intracellulaires des graines entières de dicotylédones comme les soja, colza, féverole et pois, les céréales paraissant beaucoup moins sensibles aux variations de mouture de broyage. Les constituants intracellulaires des graines de dicotylédones ne présentent pas la même sensibilité. Les plus sensibles sont en général les lipides et l’amidon. Toutefois, s’il y a granulation après broyage, les effets de la mouture d’origine sont considérablement réduits, les digestibilités étant dans ce cas ramenées vers des valeurs plafonds.

Auteurs


B. CARRE

Affiliation : INRA Station de Recherches Avicoles, 37380 Nouzilly
Pays : France

carre@inra.fr

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.block.statArticle.title##

Vues: 22

Téléchargements

PDF: 6