Références

Résumé

Les qualités d’adaptation des animaux aux conditions de milieu ne sont pas prises en compte actuellement de façon explicite dans les schémas de sélection, ni dans l’organisation du croisement, ni dans la production ovine en général. Ces caractères d’adaptation ou de rusticité sont cependant a priori des facteurs primordiaux de réussite économique de l’élevage en milieu contraignant ou peu maîtrisé. De telles formes d’élevage sont appelées à se développer dans le cadre des grandes orientations européennes de revalorisation de zones marginales et de protection de l’environnement, et il importe d’adapter sinon de redéfinir les programmes génétiques en fonction de ces nouvelles données. Une approche de ces problèmes (Bibé et Vissac) consiste à faire l’hypothèse que les performances zootechniques sont la résultante, sinon la somme, des expressions globales de "gènes de production" et de "gènes d’adaptation" dans le milieu d’élevage ; une sélection basée sur le contrôle des performances dans les conditions de la production permettrait alors de progresser globalement sans trop d’erreurs, à la fois sur les aptitudes de production et les qualités d’adaptation requises. Cette démarche est cependant imparfaite, particulièrement dans le cas de productions en milieux difficiles, car les contraintes d’environnement y sont par définition mal maîtrisées, et par conséquent les parts respectives des qualités d’adaptation et de production dans l’expression des performances sont fluctuantes. D’un autre point de vue, il est a priori plus efficace de travailler sur les composantes d’un phénomène plutôt que sur leur résultante dans la mesure où elles ne sont pas étroitement corrélées. Une autre approche consiste donc à étudier les éléments de la rusticité au même titre que les performances zootechniques classiques, pour tenter de valoriser leur éventuelle variabilité génétique intra ou inter races selon les méthodes d’amélioration génétique adéquates. Les actions dans lesquelles la SAGA (Station d’amélioration génétique des animaux - INRA) est impliquée, portant sur les caractères d’adaptation des ovins relèvent de cette double réflexion.

Auteurs


J. BOUIX

Affiliation : INRA Station d’Amélioration Génétique des Animaux, BP 27, 31326 Castanet-Tolosan Cedex
Pays : France

bouix@inra.fr

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 13

Téléchargements

PDF: 1