Références

Résumé

La sécrétion lactée, fonction originale et spécifique des mammifères, est adaptée qualitativement et quantitativement aux besoins de survie des jeunes, qui en sont exclusivement dépendants pendant une période plus ou moins longue. De ce fait, le lait est un milieu biologique complexe, qui représente l’élément nutritif du jeune, assure la croissance de la flore intestinale du nouveau-né et contribue à la transmission de l’immunité passive. La sélection des ruminants laitiers, dont la production laitière est utilisée par l’homme (en trayant les femelles deux, voire trois fois par jour), a permis d’induire des fonctions laitières dont l’expression dépasse largement les quantités de lait nécessaires à la survie des espèces concernées. En pratique, la sélection laitière a porté jusqu’à maintenant sur des caractères mesurables sur un grand nombre d’animaux à des coûts acceptables dans le cadre du contrôle laitier : d’une part la quantité de lait, d’autre part pour sa composition les taux de matière grasse ou taux butyreux et taux de protéines.

Auteurs


F. BARILLET

Affiliation : INRA Station d’Amélioration génétique des animaux domestiques, BP 27, 31326 Castanet Tolosan Cedex
Pays : France

barillet@inra.fr

B. BONAITI

Affiliation : * INRA Station de Génétique quantitative et appliquée, 78352 Jouy-en-Josas Cedex
Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 15

Téléchargements

PDF: 3