Articles

Détermination des marges de manoeuvre des élevages à partir de la mesure des inefficacités

Résumé

Après une brève revue de la littérature économique sur la notion d’efficacité et sur son intérêt pour la gestion, cet article définit l’inefficacité technique comme la distance séparant tout niveau de production observé du niveau optimal qui serait obtenu si tous les intrants étaient utilisés de manière techniquement efficace. L’utilisation d’une méthodologie non paramétrique, appelée Data Envelopment Analysis (DEA), basée sur des techniques de programmation linéaire, permet la mesure de l’efficacité technique de trois échantillons du RICA (Réseau d’Information Comptable Agricole) pour l’année 1991 de producteurs de porcs ayant des orientations différentes : porcs seuls, porcs et herbivores ou granivores (porcs et volailles). Les premiers résultats attribuent une plus grande efficacité moyenne aux producteurs de porcs. Ces derniers sont en général moins âgés et mieux formés que les producteurs des deux autres groupes. Ce résultat apparaît lié à la plus grande homogénéité des techniques de production mises en oeuvre et à la prépondérance des facteurs variables par rapport aux facteurs fixes dans le processus de production. Pour les producteurs d’herbivores, les plus et les moins efficaces ont plutôt une orientation laitière. La différence de performance s’explique par une meilleure utilisation des consommations intermédiaires chez les plus efficaces. Enfin, le groupe de producteurs de granivores se rapproche de celui des éleveurs de porcs mais présente des caractéristiques moins marquées. Sur un plan environnemental, une compatibilité entre amélioration de l’efficacité technique et réduction des rejets azotés semble possible seulement chez les éleveurs d’herbivores et de granivores. Quant aux marges de manoeuvre pour améliorer l’efficacité technique des producteurs, elles concernent à court terme principalement les charges liées à l’activité de production de végétaux et à plus long terme le facteur terre pour les exploitations hors sol et le matériel pour celles élevant des herbivores. Enfin, la mesure de l’efficacité d’échelle met en évidence des possibilités d’économies de coût suite à une modification de l’échelle de production pour plus de 52 % des élevages quel que soit l’échantillon considéré.

Auteurs


I. PIOT-LEPETIT

piot-lepetit@inra.fr

Affiliation : INRA Unité d’Economie et Sociologie rurales, 65 rue de St-Brieuc, 35042 Rennes Cedex

Pays : France


P. RAINELLI

Affiliation : INRA Unité d’Economie et Sociologie rurales, 65 rue de St-Brieuc, 35042 Rennes Cedex

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 220

Téléchargements

PDF: 78