Articles

Préhensibilité des aliments chez les petits ruminants sur parcours en landes et sous-bois

Résumé

Au pâturage sur parcours, les petits ruminants développent un comportement opportuniste leur permettant de tirer profit de l’hétérogénéité et de la variabilité des ressources. Avec leur mâchoire étroite, ils peuvent trier les particules alimentaires, parmi les mélanges de tissus chlorophylliens et d’organes morts. Ils adoptent également des comportements adaptatifs de préhension, tel le " stripping ", consistant à dépouiller les tiges de leurs feuilles latérales par un mouvement vertical de traction. De leur côté, les végétaux réagissent parfois au broutement en modifiant leur morphologie. En Europe, un parcours composé de landes et de sous-bois comprend généralement des feuillages d’arbres et d’arbustes bien développés, ainsi que des lianes, ce qui lui confère comme atout de rendre possible une ingestion très rapide. En prélevant des masses importantes à chaque prise alimentaire (de 0,4 à 1,4 g de matière sèche environ), le petit ruminant peut investir du temps de tri, tout en maintenant durant son repas un flux ingéré supérieur à celui observé en prairie avec une hauteur d’herbe de 20 à 30 centimètres (autour de 0,5 g MS/min/kg PV0,75). Sur certains parcours en revanche, composés essentiellement de feuillages à petites feuilles et épineux, la préhensibilité devient un facteur limitant et l’ingestion est deux fois plus lente. En sous-bois, la disposition tridimensionnelle des aliments permet à l’animal de les saisir selon plusieurs angles d’attaque et de relever progressivement sa hauteur de broutement au fur et à mesure qu’ils se raréfient du fait du pâturage. Ces ajustements conduisent à limiter les variations du rapport feuilles/tiges dans son ingéré quotidien. Au cours du circuit de pâturage, l’animal enchaîne l’utilisation d’une série de sites de prélèvement où la "masse linéaire ingérée" est importante (grammes ingérés par mètre de déplacement), entrecoupée de phases de recherche et de diversification du repas. L’ingestion rapide sur certains sites laisse du temps à l’animal pour prospecter l’espace ainsi que pour ruminer des aliments parfois très cellulosiques. La valorisation en élevage d’un tel espace hétérogène passe par la mise à disposition du troupeau de secteurs de pâturage comprenant à la fois des sites de prélèvement rapide et des espaces intermédiaires de circulation et de diversification du repas.

Auteurs


M. MEURET

meuret@inra.fr

Affiliation : INRA Département SAD Unité d’Ecodéveloppement, Domaine Saint-Paul, Site Agroparc, 84914 Avignon cedex 9

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 60

Téléchargements

PDF: 32