Résumé

Parallèlement à son rôle dans le métabolisme énergétique, l’activité mitochondriale intervient également dans l’induction de l’apoptose, ainsi que dans la régulation de la prolifération et de la différenciation cellulaires. Il existe en particulier une véritable régulation de la différenciation des myoblastes par l’activité mitochondriale, indépendante de la production d’ATP. Elle implique notamment le contrôle de l’expression de myogénine et de l’activité des facteurs myogéniques.


Dans cette étude, nous démontrons que l’expression du proto-oncogène c-Myc est respectivement stimulée ou diminuée par une inhibition ou une stimulation de l’activité mitochondriale. Cette régulation s’effectue en grande partie au niveau de la stabilité du messager, et au niveau de la localisation cellulaire de la protéine dans les myoblastes aviaires. De plus, la surexpression de c-Myc reproduit très exactement les effets d’une inhibition de l’activité mitochondriale : i) abrogation de la différenciation terminale ; ii) inhibition de l’expression de Myogénine, sans altération de celle de MyoD ; iii) blocage de l’aptitude des facteurs myogéniques à induire la différenciation ; iv) inhibition de la sortie des myoblastes du cycle cellulaire. Ces résultats démontrent que c-Myc est une cible importante de l’activité mitochondriale, impliquée dans l’influence de l’organite sur la différenciation des myoblastes.


Nous avons également mis en évidence l’existence d’un autre gène cible de l’organite qui code la phosphatase calcium dépendante Calcineurine. Son expression est respectivement inhibée ou stimulée par l’inhibition ou la stimulation de l’activité mitochondriale. De plus, l’expression d’une forme constitutivement active de Calcineurine stimule la différenciation des myoblastes et l’expression de Myogénine, alors que ces deux événements sont bloqués par l’expression d’un ARN antisens Calcineurine. Enfin, la stimulation de l’activité mitochondriale, comme l’expression d’une forme constitutivement active de Calcineurine stimule spécifiquement l’expression de l’isoforme lente des chaînes lourdes de myosine.


Ces données démontrent donc que, notamment via l’expression de Calcineurine, l’activité mitochondriale régule non seulement la différenciation des myoblastes, mais détermine également le type contractile des fibres musculaires

Auteurs


P. SEYER

Affiliation : INRA, ENSAM, Université Montpellier 2, UMR 866, Différenciation Cellulaire et Croissance, 2 place Pierre Viala, F-34060 Montpellier, France
Pays : France


S. GRANDEMANGE

Affiliation : INRA, ENSAM, Université Montpellier 2, UMR 866, Différenciation Cellulaire et Croissance, 2 place Pierre Viala, F-34060 Montpellier, France
Pays : France


L. PESSEMESSE

Affiliation : INRA, ENSAM, Université Montpellier 2, UMR 866, Différenciation Cellulaire et Croissance, 2 place Pierre Viala, F-34060 Montpellier, France
Pays : France


F. CASAS

Affiliation : INRA, ENSAM, Université Montpellier 2, UMR 866, Différenciation Cellulaire et Croissance, 2 place Pierre Viala, F-34060 Montpellier, France
Pays : France


G. CABELLO

Affiliation : INRA, ENSAM, Université Montpellier 2, UMR 866, Différenciation Cellulaire et Croissance, 2 place Pierre Viala, F-34060 Montpellier, France
Pays : France

gerard.cabello@ensam.fr

C. WRUTNIAK-CABELLO

Affiliation : INRA, ENSAM, Université Montpellier 2, UMR 866, Différenciation Cellulaire et Croissance, 2 place Pierre Viala, F-34060 Montpellier, France
Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.block.statArticle.title##

Vues: 17

Téléchargements

PDF: 8