Articles

Le travail des éleveurs avicoles et porcins : une grande diversité de stratégies, d’attentes, de durée et de productivité

Résumé

Les élevages de porcs et de volailles sont souvent perçus comme «industriels» de fait du mode d’élevage en bâtiment et des rythmes réguliers de production. Cette perception entraîne l’image d’une organisation et d’une durée du travail très réglées et homogènes entre les élevages. Or, les études menées dans ces filières montrent une grande diversité d’attentes, de stratégies, de durée et d’efficacité du travail, en lien avec les évolutions structurelles du secteur. Ces évolutions sont différentes entre les deux filières : en production porcine, on observe une augmentation de la taille des ateliers, un arrêt du naissage pour les petites structures, la création de naissages collectifs et plus de salariat ; en production avicole, la concentration est modérée, liée au fort développement des productions alternatives et à l’absence de spécialisation des exploitations avicoles. En production porcine ces évolutions sont nuancées par l’analyse des structures européennes. D’un point de vue économique, toutes les stratégies peuvent être efficaces, les unes en réduisant les charges, les autres en maximisant la production par travailleur. A l’échelle des exploitations, il existe dans les deux filières une forte variabilité des temps de travaux entre exploitations, résultant principalement du type de bâtiment et d’équipement choisi, de la mécanisation, du type d’élevage, du nombre de bandes choisies, mais aussi de la place que donne l’éleveur à son atelier. Pour l’organisation du travail intra- et inter-hebdomadaire en production porcine, les différences résultent des choix de conduite en bandes et des pratiques de reproduction. Enfin le contenu du travail est en évolution : développement de compétences managériales, réduction des tâches exigeantes (via l'automatisation) remplacées par des travaux de surveillance, de gestion de l’information et de suivi de traçabilité.Pour conclure nous illustrons l’effet du changement d’un élément du système d’élevage sur le contenu, la durée, l’organisation ou la pénibilité du travail.

Auteurs


G. MARTEL

gilles.martel@inra.fr

Affiliation : INRA, UR0980 SAD Paysage, 65, rue de Saint-Brieuc, CS 84215, F-35042 Rennes, France

Pays : France


C. DEPOUDENT

Affiliation : Chambre d'Agriculture de Bretagne, Pôle Régional Porc Aviculture, 5 allée Sully, F-29322 Quimper, France

Pays : France


C. ROGUET

Affiliation : IFIP, Institut du porc, La Motte au Vicomte, BP 35104, F-35651 Le Rheu, France

Pays : France


S. GALLOT

Affiliation : ITAVI, Service économie, 4 rue de la Bienfaisance, F-75008 Paris, France

Pays : France


C. PINEAU

Affiliation : Chambre d'Agriculture de la Sarthe, 15, rue Jean Grémillon, F-72013 Le Mans, France

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 358

Téléchargements

PDF: 692