Articles

Efficacité des techniques de conservation de la semence de verrat

Résumé

Cet article fait le point sur la technologie de préparation de la semence en vue de sa conservation sous forme liquide ou congelée. Pour la conservation de la semence à l’état liquide, plusieurs dilueurs sont proposés pour maintenir son pouvoir fécondant pendant plusieurs jours. Afin d’obtenir la fertilité et la prolificité les plus élevées possibles, il apparaît nécessaire, dans l’état actuel de nos connaissances, d’utiliser la fraction totale de l’éjaculat et de diluer la semence récoltée dans le milieu BTS, de façon à obtenir 3 x 109 spermatozoïdes dans un volume total de 100 ml pour une insémination artificielle. Dans ces conditions, le pouvoir fécondant du sperme peut être maintenu jusqu’au 3e jour après la récolte sans baisse de la fertilité et de la prolificité. En ce qui concerne la conservation à l’état congelé, plusieurs techniques sont proposées. La qualité de la semence après dégel varie en fonction des dilueurs de congélation et de décongélation utilisés ainsi que des technologies de préparation et de conditionnement de la semence. L’examen en microscopie électronique, après cryosubstitution, des spermatozoïdes et de leur milieu environnant montre que l’état de leur déshydratation au moment de la congélation est un facteur important pour le maintien de la qualité de la semence après dégel. Cette étude montre également qu’un des problèmes de la technique de congélation intervient au moment de la décongélation tout au moins en ce qui concerne la qualité des acrosomes. Si on considère l’ensemble des inséminations réalisées dans les 10 dernières années, il n’apparaît aucune différence entre le conditionnement en pailles et en pastilles en ce qui concerne le taux de mise bas et la prolificité. Cependant, d’autres facteurs, comme le moment de l’insémination, l’inséminateur et le verrat, peuvent influencer les résultats de fertilité. On peut estimer que par rapport au sperme frais, la congélation entraîne une fertilité inférieure de 20 à 30 points % et une baisse de prolificité de 1 à 3 porcelets.

Auteurs


M. PAQUIGNON

paquignon@itp.fr

Affiliation : Institut technique du Porc, M.N.E. 149, rue de Bercy, 75595 Paris Cedex 12

Pays : France


J. BUSSIÈRE

Affiliation : INRA Station expérimentale d’Insémination Artificielle, 86480 Rouillé

Pays : France


F. BARITEAU

Affiliation : INRA Station expérimentale d’Insémination Artificielle, 86480 Rouillé

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 64

Téléchargements

PDF: 121