Résumé

L’importance économique de la maîtrise de la fécondité chez les bovins n’est plus à démontrer. Elle peut être envisagée par l’utilisation des techniques modernes de reproduction. A condition de bien connaître au préalable le niveau d’activité ovarienne des femelles à traiter, un traitement progestagène complété éventuellement par un apport de prostaglandine et/ou de PMSG permet d’obtenir, sans détection préalable des chaleurs et avec une seule insémination systématique, un taux de fertilité égal sinon supérieur à celui obtenu sur les femelles non soumises à ces traitements (50 à 60 % en fonction du type d’animal, de la race et des facteurs de l’environnement). La variabilité des résultats obtenus après les études entreprises dans le but de simplifier les traitements ne permet pas, pour l’instant, de s’orienter dans ce sens. Par contre, la répétition de ces traitements sur un même troupeau n’est pas incompatible avec l’obtention d’un bon niveau génétique et un bilan technico-économique positif. Ainsi donc aujourd’hui, il est possible de programmer la reproduction en supprimant les contraintes de la détection de l’œstrus sans affecter la fertilité du troupeau.

Auteurs


Y. DE FONTAUBERT

Affiliation : INRA Nouzilly, Station de Physiologie de la Reproduction, 37380 Monnaie
Pays : France

defontaubert@inra.fr

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 17

Téléchargements

PDF: 110