Références

Résumé

Cette étude vise à appréhender la crise des rapports entre la Société et son territoire dans le domaine de l’élevage à travers sa double traduction : excédents quantitatifs et déficits qualitatifs des productions d’une part, perceptions sociales d’atteintes à l’environnement d’autre part. L’élevage bovin laitier est considéré comme un bon support de réflexion car il est un témoin privilégié du modernisme en élevage. La notion de système agraire apparaît appropriée à la prise en compte de cette complexité. Celle de population animale, considérée dans sa double identité, biologique et culturelle, est utilisée comme un marqueur du système agraire. Dans la première partie, on étudie, au cours des deux derniers siècles, l’évolution des populations bovines traites, sur le territoire national, avec celle des systèmes agraires supports. On s’appuie, dans ce cadre, sur une périodisation correspondant aux trois entités utilisées successivement pour définir les populations : populations locales, organisations raciales, souches issues des schémas collectifs de sélection. On dégage ensuite, dans une deuxième partie, les traits principaux de cette évolution : élargissement territorial et structuration des organisations sociales avec la spécialisation ; stratification régionale des populations plus évoluées sur les plus anciennes à un rythme fonction des possibilités de transformation des systèmes agraires ; diffusion des nouveaux types de population autour de pôles émergeant des marges des anciennes structures spatiales. On constate que cette dynamique à long terme de délocalisation des populations bovines laitières s’accompagne de résistances locales des anciennes populations, résistances qui sont avivées par la crise. Cette contradiction dans l’évolution actuelle de l’élevage bovin laitier conduit à élargir la réflexion sur un métadéveloppement dans le sens des idées développées par Morin. On en discute, sur quelques exemples, les aspects bioécologiques, psychiques et socio-culturels et leurs relations. On suggère leur intégration dans un processus de Recherche-Action associant les partenaires des filières de production à ceux qui ont en charge la gestion du territoire rural et où les populations animales peuvent représenter des indicateurs d’une culture collective. Ces ouvertures visent à approfondir le champs d’application des approches pluridisciplinaires locales fondées sur les postulats de globalité et de complexité des systèmes agraires à base d’élevage. Elles peuvent fournir des éléments de réflexion pour un renouveau de la loi sur l’élevage de 1964 dans lequel la population animale garderait une place prééminente.

Auteurs


B. VISSAC

Affiliation : INRA Département Systèmes agraires et Développement,147 rue de l’Université, 75338 Paris Cedex 07
Pays : France

vissac@inra.fr

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

Statistiques de l'article

Vues: 16

Téléchargements

PDF: 4