Résumé

Le phosphore constitue un élément stratégique pour la vie sur terre en raison de sa faible disponibilité dans la plupart des milieux. Les réserves mondiales, constituées de gisements de phosphates apatitiques pour l’essentiel, sont limitées. Au rythme actuel de leur exploitation elles risquent d’être épuisées dans une centaine d’années ce qui n’empêche pas des rejets intempestifs dans les cours d’eau. Ceux-ci sont la cause première de l’eutrophisation de certains milieux aquatiques dont la maîtrise passe obligatoirement par la réduction des rejets, et tout particulièrement de ceux qualifiés de ponctuels.


Malgré son caractère essentiellement diffus, le transfert de phosphore vers le réseau hydrographique imputable aux activités agricoles est loin d’être négligeable. Cela est particulièrement vrai dans les zones d’élevage dont les exploitations sont très souvent en excédent structurel de phosphore recyclé en permanence par le biais des fumiers, lisiers et autres effluents épandus sur les terres cultivées. La diminution des rejets de P par les animaux constitue sans doute de ce fait la principale voie par laquelle l’agriculture peut contribuer à l’effort collectif de maîtrise du problème de l’eutrophisation.

Auteurs


P. CASTILLON

Affiliation : Arvalis - Institut du végétal, F-31450 Baziège
Pays : France

pcastillon@arvalis.fr

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.block.statArticle.title##

Vues: 19

Téléchargements

PDF: 6