Articles

Conservation de la semence ovine

Résumé

L’insémination ovine représente en 2007 43% du cheptel en races laitières et 4,3% en races allaitantes soit, respectivement, 636 000 et 202 000 inséminations. Les méthodes actuelles de conditionnement de la semence ovine sous forme liquide sont bien adaptées pour la réalisation des IA le jour de la collecte dans un secteur géographique réduit. Cependant, l’insémination devant être réalisée dans les 10 heures qui suivent la collecte pour obtenir une fertilité maximale, un allongement de la durée de conservation permettrait d’assouplir l’organisation de ces CIA et d’élargir la diffusion de la semence de béliers de haute valeur génétique. Les recherches portent sur trois méthodes de conservation : sous forme liquide, congelée ou encapsulée. Plusieurs facteurs influant sur la qualité de la semence après conservation ont été identifiés, comme la concentration finale en spermatozoïdes de la semence diluée et la présence d’antioxydants dans le milieu de conservation. La perte de fertilité après conservation se traduit également par une réduction de l’aptitude des spermatozoïdes à traverser le cervix et transiter dans le tractus génital femelle. Une meilleure compréhension des mécanismes mis en jeu lors de la traversée du cervix par les spermatozoïdes devrait permettre d’apporter des solutions adaptées pour améliorer les milieux de conservation.

Auteurs


X. DRUART

xavier.druart@inra.fr

Affiliation : INRA, UMR85 Physiologie de la Reproduction et des Comportements, F-37380 Nouzilly, France

Pays : France


Y. GUERIN

Affiliation : CNRS, UMR6175 Physiologie de la Reproduction et des Comportements, F-37380 Nouzilly, France

Pays : France


J.L. GATTI

Affiliation : Université François Rabelais de Tours, F-37041 Tours, France

Pays : France


J.L. DACHEUX

Affiliation : Haras Nationaux, F-37380 Nouzilly, France

Pays : France

Pièces jointes

Pas d'informations justificatives pour cet article

##plugins.generic.statArticle.title##

Vues: 324

Téléchargements

PDF: 338